A propos de religions…

Une de mes amies, responsable de l’association SIWOL, qui finance un orphelinat de petites filles en Inde du Sud , m’a demandé si je pouvais écrire un petit texte pour le blog de l’association sur les religions en Inde, sujet aussi vaste que passionnant ! Je partage également ce texte avec vous ici et profite de l’occasion pour donner un grand coup de chapeau à l’équipe de SIWOL, qui fait un travail formidable !

Des pèlerins hindous font leurs ablutions, dans la ville sainte de Rameshwaram, au sud-est de l'Inde

Des pèlerins hindous font leurs ablutions, dans la ville sainte de Rameshwaram, au sud-est de l’Inde

En Inde, la religion est partout, présente dans presque chaque geste de la vie quotidienne et à chaque coin de rue. Bien peu d’Indiens se définissent comme athées. Le voyageur occidental s’étonne souvent au cours de son premier séjour dans le pays de voir un chauffeur d’autorickshaw arborer côte à côte sur son tableau de bord des vignettes représentant Jésus et Ganesh, ou la Vierge Marie et Shiva. Il lui faut quelque temps pour comprendre cette faculté qu’ont les Hindous de combiner, d’associer, les dieux de différents panthéons, considérant que, en matière de religion, abondance de divinités ne peut pas nuire.

L’écrasante majorité des Indiens, environ 82% d’entre eux, sont hindous. L’Hindouisme est une religion extrêmement ancienne ; ses textes fondateurs, les Védas, sont vieux de plus de 3.000 ans. Au cœur de l’hindouisme se trouve la notion de samsara, le cycle de renaissance auquel sont soumis les êtres vivants. Pour s’élever d’une réincarnation à l’autre et non s’abaisser (en se réincarnant en animal, par exemple, mais aussi dans une caste inférieure), l’homme doit respecter son dharma, c’est-à-dire son devoir, l’ordre de l’univers, une forme de loi immuable. C’est en respectant au mieux le rôle que lui assigne la caste dans laquelle il est né qu’il pourra s’élever et espérer, à terme, atteindre le moksha, la fin du cycle des renaissances, objectif ultime de tous les êtres humains. Naître n’est donc pas une chance mais plutôt une punition…

A Rameshwaram, les statues de dieux sont de sortie à l'occasion d'une grande fête shivaïte

A Rameshwaram, les statues de dieux sont de sortie à l’occasion d’une grande fête shivaïte

Il faudrait justement plusieurs vies pour citer la totalité des dieux hindous, et ce d’autant plus qu’ils prennent des noms et parfois des apparences différentes d’une région à l’autre. En revanche, on peut facilement retenir que le panthéon hindou s’organise autour d’une trinité de dieux, la Trimurti : Brahma, le créateur, Shiva le destructeur (mais c’est une destruction créatrice, qui permet la renaissance) et Vishnou, qui préserve l’équilibre entre els deux précédents. Chacun de ces trois dieux peut prendre différentes formes, qu’on appelle avatars. Vishnou compte Krishna parmi ses avatars, mais aussi Bouddha. Faire de Bouddha un avatar de Vishnou constituait une façon d’éviter, à l’époque de l’apparition du Bouddhisme, que cette nouvelle religion ne concurrence l’hindouisme !

Ganesh, fils de Shiva et dieu à tête d’éléphant sur un corps d’homme, est un dieu très populaire. Et pour cause : c’est le dieu qui aide à surmonter les obstacles. On va donc faire des offrandes à Ganesh, par exemple, avant de faire construire sa maison ou de passer un examen.

Des musulmans se font photographiés dans la grande mosquée de Delhi

Des musulmans se font photographier dans la grande mosquée de Delhi

La deuxième religion qui compte le plus d’adepte en Inde est l’islam, avec 12% de la population, ce qui fait de l’Inde le troisième pays musulman au monde. Les musulmans indiens sont en majorité sunnites.

L’islam a donné à l’Inde certains de ses monuments les plus grandioses, comme le mausolée du Taj Mahal, joyau de l’architecture moghole. En effet, du XIIe au XVIIIe siècle, une grande partie de l’Inde du nord fut gouvernée par des souverains musulmans, originaires d’Afghanistan. Au sud du pays, ce sont des commerçants arabes, venus notamment chercher des épices en Inde, qui ont introduit l’islam. Le petit Etat du Kerala, plaque tournante du commerce du poivre et des épices au sud-est du pays, compte ainsi un tiers d’hindous, un tiers de musulmans et un tiers de chrétiens.

Les chrétiens représentent justement la troisième communauté religieuse du pays, avec environ 3% de fidèles. On compte parmi eux des Intouchables qui se sont convertis au christianisme dans l’espoir d’échapper à leur condition.

Numériquement, les sikhs arrivent juste après les chrétiens. J’ai une tendresse particulière pour le sikhisme, une religion qui cherche à concilier les meilleurs aspects de l’hindouisme et de l’islam.

Cette religion a été fondée à la fin du XVe siècle par le gourou Nanak. Les sikhs croient en un dieu unique comme les musulmans mais à la réincarnation comme les hindous, tout en refusant le système des castes. Elle valorise le service de la communauté, non pas l’ascétisme comme peuvent le faire l’hindouisme et le bouddhisme. La « Mecque » des Sikhs est le Temple d’Or, qui se trouve à Amritsar, au Pendjab, dans le nord-ouest de l’Inde.

Temple d'Or

Le Temple d’Or, la « Mecque » des Sikhs, à Amritsar, au Pendjab

La petite communauté jaïne (moins de 0,5% de la population) se concentre surtout dans l’Etat du Gujarat et à Bombay. Le jaïnisme est né en même temps que le bouddhisme, au VIe siècle avant JC, en réaction au système des castes. Les jaïns, végétariens stricts, tentent de respecter l’ahimsa, le principe de non-violence en actes comme en pensée.

Enfin, bien que le bouddhisme soit né en Inde, cette religion a aujourd’hui presque disparu du pays (moins de 1% de la population). Jaïnisme et bouddhisme ont donné l’impression à une époque de pouvoir concurrence l’hindouisme mais c’est finalement celui-ci qui a pris le dessus et le bouddhisme est parti s’épanouir sous d’autres cieux (au Sri Lanka, en Thaïlande, en Chine…).

On peut toutefois visiter dans la région du Bihar (nord-est de l’Inde) une bonne partie des sites bouddhiques les plus importants au monde, qui attirent les pèlerins par milliers.  A Bodhgaya, on visite par exemple le temple de la Mahabodhi, construit à l’endroit où Bouddha aurait atteint l’Eveil, assis sous un arbre.

Dans le Temple de Bodhgaya (Bihar) construit à l'endroit où Bouddha aurait atteint l'Eveil

Dans le Temple de Bodhgaya (Bihar) construit à l’endroit où Bouddha aurait atteint l’Eveil

Quelques photos supplémentaires, juste pour le plaisir des yeux. Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Publicités

6 réflexions sur “A propos de religions…

  1. Encore des photos magnifiques..J’aime beaucoup tes choix de sujets, c’est à la fois une bonne introduction pour un voyageur qui découvrirait, et pleins de beaux souvenirs pour moi!

  2. Bien résumé tout ca. Voilà qui me rafraichit la mémoire ! =)
    Bonne continuation à toi ! Ca avance pour toi le projet?

  3. Pingback: Quatre idées reçues sur l’Inde à ranger au placard | Sur les pas de Prakash

  4. Pingback: Mes 12 endroits préférés en Inde | Sur les pas de Prakash

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s