Rencontres fugaces

Aujourd’hui j’ai envie de publier une petite galerie de portraits pris au cours de voyages en Inde précédents. Je pourrais épiloguer sur l’intensité des regards et la beauté des couleurs, qui me frappent à chacun de mes séjours. Mais comme ce sont presque des lieux communs, je préfère laisser parler les images, et aussi profiter de l’occasion pour raconter des anecdotes associées à ces rencontres parfois très brèves mais souvent marquantes.

Bien que mon projet de livre pour enfants soit lié à des populations, notamment tribales, vivant dans des campagnes souvent reculées, je commence cette série par un jeune couple indien moderne et urbain, pour montrer une facette différente de l’Inde. Darjeeling, tout au nord de l’Etat du Bengale occidental, constitue une destination prisée des habitants aisés de Calcutta, pour leurs vacances en famille ou leur voyage de noces. Ce couple pose devant le célèbre train à vapeur de la station d’altitude. Vous ne trouvez pas à l’homme un petit air de Shahrukh Khan, le roi de Bollywood ?

Dans le même ordre d’idées, voici aussi une photo d’un jeune garçon qui m’a promenée en barque sur le Gange à la tombée du jour, à Bénarès. Son téléphone portable ne cessait pas de sonner et je ne pouvais pas m’empêcher d’être  contrariée de voir mon exploration de la ville sainte, où se mêlent la vie et la mort, troublée par cette touche de modernité parasite ! Le jeune homme prenait les appels les après les autres tout en continuant à plonger ses rames dans l’eau lourde du fleuve.

 

 

La famille qui pose dans la cour de sa maison m’a hébergée à Orchha, une magnifique petite ville du Madhya Pradesh. Je l’avais trouvée à travers le programme de séjours chez l’habitant Friends of Orchha, que je recommande vivement. Le père de famille, Rambabu, est charpentier. Il vit avec sa femme, ses trois filles, sa mère et les trois enfants de son frère. Sans oublier une vache et un perroquet qui figurent aussi sur la photo de famille ! La plus grande des filles, Rohini, 16 ans, était la seule personne à parler un peu anglais, mais j’ai eu des échanges assez riches pour mon hindi limité avec le père de famille, qui me montrait toutes sortes d’objets en les nommant en hindi quand nous étions tous assis autour du foyer installé dans la cour, sous les étoiles, pendant et après le repas du soir.

Les trois dernières photos sont les plus anciennes. Je les ai prises en 2007, pendant que je réalisais un reportage sur une marche non-violente de 350 km de paysans sans terre. Une marche dans la tradition gandhienne, comme le montre le portrait du Mahatma porté par une jeune fille.

Comme toujours, cliquez sur les photos pour les agrandir et voir le diaporama.

Publicités

2 réflexions sur “Rencontres fugaces

  1. C’est toujours compliqué la relation que l’on a en tant que voyageur face à la modernisation qui gagne un pays. On a beau dire « officiellement » que c’est très bien qu’il en soit ainsi, que tout le monde a droit à ce qu’on appel « le progrès », au fond de nous, en général ça nous gène, ça ne correspond plus à notre vision de l’authenticité. Moi le premier, je préfère l’image du batelier âgé tout sourire avec sa belle barbe à celle du jeune avec ses écouteurs, mais voilà, on ne peut pas vraiment le dire, car c’est un point de vue assez égoïste. Les problèmes du voyage et de l’éthique qui y est associée …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s