Quatre idées reçues sur l’Inde à ranger au placard

Certes, tout le monde a le droit de se tromper et tout le monde ne peut pas être spécialiste de l’Inde, mais certaines contre-vérités sur mon pays préféré reviennent avec une telle insistance que l’envie me prend de leur régler leur compte, une fois pour toutes.

Tournez le dos à ces quatre idées reçues !

Tournez le dos à ces quatre idées reçues !

  • Les Indiens mangent des naans au fromage

« Je suis sure que l’Inde me plairait. J’adore la cuisine indienne ! Les naans au fromage, miam !« . Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu cette phrase. Or, au risque de briser d’innombrables rêves, je dois dire que les Indiens ne mangent pas de naans au fromage. Dans les restaurants indiens EN INDE, on trouve des naans nature, des naans au beurre, parfois des naans à l’ail ou fourrés aux légumes. Mais les naans fourrés au Kiri que l’on trouve dans la quasi-totalité des restaurants indiens en France semblent être une idée (bonne, il faut le reconnaître) qu’ont trouvé les Indiens de la diaspora pour s’adapter au goût de leurs clients occidentaux. D’ailleurs, par un effet de retournement intéressant, certains restaurants de zones très touristiques en Inde, comme le Rajasthan, commencent aujourd’hui à proposer des naans au fromage, probablement parce que les touristes ne cessaient de leur en demander !

Plus généralement, la cuisine indienne que les Français connaissent à travers les restaurants indiens est la cuisine penjabie, la gastronomie de la région du Penjab, berceau des Sikhs. En effet, d’une part les Sikhs sont nombreux au sein de la diaspora indienne et sont réputés pour leur bon sens du commerce, et d’autre part ils ne sont pas végétariens, contrairement à la grande majorité des Hindous, donc leur cuisine s’adapte plus facilement aux goûts des Occidentaux, qui ont l’habitude de construire leur repas autour de la viande. Voilà pourquoi la plupart des Français qui ne sont jamais allés en Inde assimilent cuisine indienne et cuisine penjabie, ne jurant que par les naans, le « butter chicken » et le « chicken tandoori ».

D’autres cuisines régionales indiennes gagnent pourtant à être connues, comme celle du Gujarat, une cuisine végétarienne très raffinée, ou celle du Tamil Nadu, diablement épicée mais également délicieuse !

  • Les Indiens sont bouddhistes

N’ayant qu’une idée vague de l’Hindouisme et de son panthéon complexe, certains Occidentaux croient que l’Inde est un pays bouddhiste. Ils sont très étonnés quand on leur dit qu’une infime minorité de la population indienne (moins de 1%) pratique cette religion. L’Inde compte beaucoup moins de Bouddhistes que de Skikhs, de Chrétiens, et évidemment d’Hindous et de Musulmans.

Plusieurs éléments contribuent à cette confusion. D’abord le bouddhisme est né en Inde. C’est à Bodhgaya, au Bihar, que le Bouddha a atteint l’Eveil. Mais après avoir fait pendant quelques années concurrence à l’hindouisme (sous sa forme ancienne, on l’appelle le brahmanisme), le bouddhisme a décliné en Inde et y a presque disparu, alors qu’il partait conquérir de nouveaux horizons, du Sri Lanka à la Chine et la Thaïlande.

Ensuite, le gouvernement tibétain en exil est installé à Dharamsala, dans l’État himalayen de l’Himachal Pradesh, dans le nord de l’Inde. C’est donc plus en Inde qu’au Tibet que l’on peut venir découvrir une culture tibétaine vivante et étudier le bouddhisme tibétain. De nombreux Occidentaux séjournent à Dharamsala dans ce but.

Des moines bouddhistes dans une rue de Dharamsala, dans l'Himalaya indien

Des moines bouddhistes dans une rue de Dharamsala, dans l’Himalaya indien

  • Les Indiens parlent… indien, et de toute façon, en Inde, tout le monde parle anglais

J’ai essayé d’expliquer dans cet article la complexité de la mosaïque linguistique indienne. Il n’existe pas une langue indienne mais une multitude de langues indiennes, et même une multitude d’alphabets différents pour les écrire. L’hindi n’est qu’une des langues officielles du pays et n’est compris que par environ 30% de la population.

Par ailleurs, tous les Indiens ne parlent pas anglais, loin de là. A la louche, on peut dire que les gens qui ont fait des études supérieures parlent anglais, ainsi que ceux qui travaillent dans le secteur du tourisme au contact d’étrangers. Mais ne vous attendez pas à ce que l’Indien de la rue parle anglais comme la reine Élisabeth ! Seul un Indien sur 10 parle anglais. Apprendre au moins quelques mots de la langue de la région dans laquelle on séjour s’avère donc très utile pour communiquer avec les gens, dans la rue, les marchés,  les transports.

Le panneau d'Un McDonald's écrit en langue Kannada, à Bangalore

Le panneau d’Un McDonald’s écrit en langue Kannada, à Bangalore

  • Les Intouchables sont une caste

Je lis régulièrement dans les médias l’expression « la caste des Intouchables ». Or, les Intouchables ne constituent pas une caste, car ils sont « hors caste ». Les Hindous font une distinction entre Indiens « de caste » et « hors caste ». Dans cette seconde catégorie se trouvent les Intouchables et les populations tribales, mais aussi les étrangers, considérés comme impurs par les Hindous orthodoxes. Les Indiens « de caste » sont censés, d’après la mythologie hindoue, avoir été créés à partir du corps du dieu Brahma : les Brahmanes (prêtres et enseignants) sont sortis de sa bouche, les Kshatriya (princes et guerriers) des ses bras, les Vaishyas (marchands) de ses cuisses et les shudras (agriculteurs et serviteurs) de ses pieds. Cette histoire montre bien que les Intouchables ne sont pas de même nature que les Indiens « de caste », puisqu’ils ne sont pas sortis de Brahma.

Le système des castes a été aboli officiellement par la constitution indienne adoptée après l’indépendance du pays mais il faudra encore de nombreuses années pour le faire disparaître complètement des mentalités, notamment dans les campagnes et  les petites villes.

Bien sûr, toutes ces explications sont de mon cru et imparfaites. Même après des séjours répétés en Inde, je suis loin de tout comprendre à ce pays si complexe. C’est d’ailleurs une des choses que j’aime dans ce pays : il suffit de sortir dans la rue pour tomber nez à nez avec des choses que l’on ne comprend pas. On n’a donc jamais fini de se creuser la tête et de remettre en causes ses idées préconçues !

Publicités

10 réflexions sur “Quatre idées reçues sur l’Inde à ranger au placard

  1. C’est toujours bon de faire de petites piqures de rappel pour jeter certains ethnocentrismes au placard.

    J’ai moi aussi en tête des images de l’Inde où je ne suis jamais allée, qui méritent certainement d’être déconstruites.

    Cela n’a pas de rapport direct mais je voudrais savoir ce que tu penses de ce qu’il suit:

    On voit souvent des images de voyageurs occidentaux qui, en Inde, se retrouvent rapidement encerclés, suivis, observés, par des locaux souvent nombreux .
    Est ce simplement de la curiosité? Cela t’est il arrivé?

    Je trouve ca très drôle, surtout lorsque les voyageurs s’en trouvent mal à l’aise et les autres imperturbables. Cela renverse les schémas répandus où le voyageur avec une curiosité parfois déplacée observe, et perturbe des individus vacants à leurs activités routinières ^^

    • Est-ce que vous ne pensez pas que vous faites la même chose par rapport de leur culture en écrivant un article comme cela? Oui, vous avez un méthode plus raffiné que vous mettez/enregistrez dans vos pensées. Vous écrivez les articles, vos impressions se répanderont partout comme c’est la verité de l’Inde. En revanche, les locaux vous « encerclent », comme vous dit mais, ils laissent cet échange là-bas. Ils ne les prennent pas en tête, ils n’écrivent pas des articles et ils vous laissent. Mais vous, vous écrivez, faites des théories et mettez ça partout dans votre culture comme c’est une vraie répresentation de l’Inde. Est-ce vous avez fait une pause de reflechir ces choses, Finalement, donc, est-ce que c’est vous qui est dangereux ou la native qui vous oublie après l’échange?

      Oui c’est difficile pour vous de comprendre une culture si vaste et si diverse que la nôtre mais, ce sera plus bien si vous donnez respect aux coutumes étrangères que vous ne comprenez pas. Nous, les indiens, nous avons assez souffert des géneralizations que vous les occidentaux font. En verité il n’y a aucune chose différente ou nouvelle que cet auteure a apporté dans la dialogue. C’est la même dialogue depuis des decennies.

      Essayez de comprendre l’Inde plus profondément que les castes, cows and curry!

      Merci

      • Bonjour
        Je suis désolée si mon article a pu vous heurter. Ce n’était évidemment pas volontaire. J’aimerais mieux comprendre pourquoi.
        D’abord je n’écris pas que « les locaux m’encerclent » comme vous le dites. Cette expression figure dans un commentaire laissé par une lectrice du site et elle l’utilise à la forme interrogative, non affirmative, pour m’interroger sur la façon dont je me sens au cours de mes voyages.
        Ensuite, je n’ai évidemment aucune intention de limiter l’Inde à « casts, cows and curry ». Il suffit de lire les autres articles du blog pour constater que ce n’est pas le cas. Cet article se veut un peu humoristique et se base sur des phrases que j’entends très souvent en France à propos de l’Inde. Son objectif était d’expliquer avec le plus de pédagogie possible en quoi elles ne sont pas exactes. Je n’ai pas la prétention de tout comprendre de l’Inde mais c’est un pays que j’aime et dans lequel je me rends très régulièrement depuis des années, ce qui me donne envie de le faire connaître et apprécier autour de moi. Si vous me dites quels points de mon article vous considérez comme irrespectueux ou inexacts, je les modifierai volontiers.

      • Bonjour Shalini =)

        En lisant votre second commentaire j’ai vu qu’en réalité le premier m’était adressé alors, à moi de vous répondre.
        Comme je le disais, je m’interrogeais sur des « images » et non quelque chose de vécu. Il n y avait là aucun jugement. Tout comportement humain selon moi, a de l’intérêt. Et il faut souvent partir des stéréotypes, des images mentales ethnocentriques, et les déconstruire pour espérer comprendre les relations et comportements humains. Et puis à défaut de les comprendre, on peut toujours les interroger!

        Il est vrai que l’Occident a, par le passé, dévalorisé et catégorisé injustement de nombreuses sociétés. IL y a des restes et sans le vouloir, beaucoup de gens continuent à entretenir des idées reçues qui ne reflètent pas les réalités humaines.L’Inde n’a pas été épargné c’est vrai et donc je comprends que tu puisses être énervée à la lecture de certaines choses que tu juges inexactes.
        Notre amie qui marche sur les Pas de Prakash essaie justement d’aller plus loin et de déconstruire certaines choses que l’on ne remet pas en question assez souvent. Alors oui c’est sur, on peut toujours aller plus loin. Mais dans ce cas alors, allons y! (bon pas moi, je n’y connais pas grand chose ^^)

        Je trouve très bien que des gens puissent donner un retour sur les dires/écrits de voyageurs venus chez eux.
        Pour autant il ne faut pas juger trop durement, dans un sens comme dans l’autre. Rien n’est vérité absolue. Tu critiques les « occidentaux » (principalement, si j’ai bien compris) pour leur ethnocentrisme mais quand tu les décris, sur le coup de l’emportement, tu deviens toi aussi ethnocentrique à ta manière, en mettant tout le monde dans le même sac à généralités (« Nous les indiens, Vous les occidentaux ». Tu écris:

        « Mais vous, vous écrivez, faites des théories et mettez ça partout dans votre culture comme c’est une vraie représentation de l’Inde. Est-ce vous avez fait une pause de réfléchir ces choses, Finalement, donc, est-ce que c’est vous qui est dangereux ou la native qui vous oublie après l’échange? »

        Je pense qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises représentations. La réalité est interprétée d’une multitude de façon. L’important est de faire en sorte qu’aucune ne porte atteinte à une autre, dans l’idéal. Pour l’instant au niveau mondial, ce n’est pas une grande réussite, cela est vrai. Mais c’est pour cela que nous devons communiquer, réellement =)

        On ne peut comprendre l’autre qu’en collaborant avec lui. Il n’y a pas besoin d’aller bien loin pour trouver des gens avec qui nous ne partageons pas notre représentation du monde alors même que nous semblons vivre au même endroit et sujets aux mêmes choses. Il n’y a que le dialogue et l’ouverture d’esprit qui peuvent nous permettre d’apprendre les uns des autres.

        Les préjugés vivent et perdurent longtemps, souvent trop longtemps mais c’est ainsi que nous interagissons les uns avec les autres, nous les humains. Notre esprit fonctionne ainsi, nous catégorisons pour mieux retenir, mieux comprendre. Ils sont parfois énervants, semblant sortir de nul part mais ces stéréotypes révèlent toujours quelque chose quand on sait gratter la surface.

        Alors j’espère que tu sauras donner ton avis sur les choses qui t’interrogent ou te heurte dans ce blog et ailleurs, car cela peut rendre les choses très intéressantes. Ou tu pourrais nous dire toi comment tu vois la France de là où tu es =)

        Merci à toi

    • salut Anne-Laure ! Merci de ton commentaire et de ta lecture régulière du blog.
      C’est vrai que quand on voyage seul en Inde, et surtout en étant une femme, on suscite beaucoup de curiosité. Il suffit souvent de rester immobile à un endroit quelques secondes pour qu’un arc de cercle se crée immédiatement autour. Ce n’est pas toujours agréable, surtout quand on a chaud, qu’on est fatigué ou qu’on est en train de se moucher ! Mais comme tu le dis, ce n’est finalement qu’une inversion de l’attitude habituelle du voyageur curieux et ce n’est que justice ! Et dire quelques mots dans la langue des gens, par exemple pour leur demander ce qu’ils regardent, peut suffire à établir un contact nettement plus intéressant que celui de la foule à la bête curieuse !

      • C’est vrai que ce doit être très inconfortable par moment!
        C’est plutot quelque chose qui se fait en ville? dans les zones rurales moins habituées aux touristes peut être?
        Comme tu le dis,c’est quand meme un soulagement quand la relation évolue et que ni l’un ni l’autre n’est plus une bête curieuse pour son prochain.

        Quand je suis arrivée en Amazonie Brésilienne, les gens là bas ne nous encerclaient pas pour nous observer mais pendant près d’une semaine, chaque personne que je croisais me demander de prendre une photo avec moi avec son téléphone. J’ai du faire le tour des réseaux sociaux locaux en très peu de temps!
        Puis une fois que tout le monde a eu sa photo, on ne me l’a plus demandé et tous ceux qui l’avaient fait s’adressaient désormais à moi en amis.
        A tel point que parfois je ne pouvais aller où je le devais parce qu’à chaque maison, chaque coin de rue, quelqu’un s’adressait à moi et m’invitait à prendre un coup, manger un morceau, m’asseoir et discuter un peu… Ca ne risque pas de s’arranger quand je vais revenir ^^!

        C’est intéressant je trouve d’observer les différentes manières qu’ont les gens (et nous même!) de réagir à l’inconnu, à l’Autre. Et ca fait des anecdotes sympas =)

  2. Mon commentaire a été écrit comme réponse à votre ami/e. Mais vous aussi, pourquoi vous étiez exigé de parler de caste dans un article général sur l'[ inde. Je vous demande…est-ce que vous voyez le caste sur les routes, dans la vie quotidienne? J’habite en Inde et moi, le caste je ne le vois pas dans les rues tous les jours et le casteisme, est-ce que vraiment ça n’existe pas en france? Est-ce que vous n’avez pas des endroits ou habitent les riches et d’autres où habitent la classe moyenne? Est-ce qu’il n’y a pas les endroits où il y a des immigrés (comme des ghettos). Est-ce que ce n’est pas un système de caste en un sens? Est-ce que ce n’est pas vrai que les immigrés sont en général plus pauvres que vous, les français? Est-ce que c’est une société égale? Non! Bien sûr non! Donc, pourquoi vous arrivez en Inde et faites des théories sur les castes (le mot même n’est pas d’origine indienne). C’est un mot inventé et utilisé par les anglais et laissé ici comme un « festering wound » comme on dit en anglais. Je ne vois pas le caste dans ma vie quotiedienne. Vous et l’occident continue de parler et parler et parler sans cesse de ce terrible système de caste et ne laisse pas l’Inde de surmonter ce problème par elle même.

    J’ai fait un petit tour de votre autres articles. Pourquoi vous êtes avec des ONGs et plus particulièrement des ONGs qui travaillent avec des tribales? Est-ce que vous avez aussi un mandat de conversion? Vous avez lu l’article de The Hindu sur les Santhals. Pour moi, c’est dégustant. Les ONGs qui utilisent les méthodes décevants pour convertir des gens sont les plus terribles. Ces ONGs font des images chrétiennes en utilisant la culture des adivasis qui est partie d’Hindouisme. L’Hindouisme compte de milliers de manifestations. Pourquoi vous pensez que ces adivasis ne sont pas partie de notre société très ancienne? Pourquoi vous pensez que les adivasis doivent être vos sujets d’études? Pourquoi vous ne étudiez pas des Hindoos éduqués (mais surtout pas ceux comme qui écrit dans The Hindu).

    Je voudrais vous demander une autre chose. Votre bio dit que vous lisez beaucoup. Est-ce que vous avez lu les livres de M. Rajiv Malhotra? Essayez de lire ses livres comme Breaking India,, Being Different et Indra’s Net. Vous voyez à quel point votre collègues occidentaux ont fait des grosses injustices aux Hindoos. (collègues cad des académiciens). Et aussi comment ils ont un effet sur les intellectuels indiens. Et surtout comment cela détruire L’Inde depuis longtemps.

    Si, vous avez vraiment envie de comprendre l’Hindouisme qui est la vraie héritage de l’Inde, je vous prie de lire cet auteur. Et je vous dis que si vous faites la lecture de l’Hindouisme et l’Inde selon les conseils de personnes qui sont left wing ou liberal en Inde, vous ne voyez pas du tout la vraie Inde.

    • Bonjour
      je n’ai pas envie de polémiquer avec vous. Je voudrais juste dire, pour que ce soit bien clair, qu’aucune des ONG que je vais rencontrer n’est de nature confessionnelle et n’essaie de convertir à quelque religion que ce soit les populations avec lesquelles elle travaille.
      Par ailleurs, vous écrivez que « l’Hindouisme est le vrai héritage de l’Inde » et si je peux me permettre d’avoir un avis, en tant qu’occidentale dont vous soupçonnez tous les avis d’être imprégnés de néo-colonialisme – et qui le sont peut-être sans que je m’en rende compte -, je trouve cela réducteur, puisqu’une immense partie de l’Inde a été gouvernée pendant des siècles par des musulmans et a aussi donné naissance à d’autres religions comme le sikhisme et le jaïnsime. Je pense que l’on peut reconnaître la très large part de l’Hindousime au sein de la culture indienne sans assimiler culture indienne et hindouisme.

  3. Oui, bien sur que je sens de neo-colonialisme dans votre ecriture. Vous n’ avez pas me repondu vraiment pourquoi c’etait necessaire d’ecrire sur le caste dans un article general. Et bien sur les domaines dans lesquels vous travaillez me donne beaucoup de cause d’angoisse. Vos sujets sont bien sur les sujets des neo-colonialistes. La condition de la femme, les tribes, la caste, human rights etc. Toujours les memes sujets comme l’Inde n’ a pas de droit de progresser de la.

    Vos autres articles me disent que vous etes arrivee en Inde avec le meme bagage des neo-colonialistes. Il y a toute une foule qui habitnet dans des petits et des grandes villes mais vous avez choississez de faire vos etudes dans des villages ou vous pouvez faire des theories.

    Si vous etes enervez par mes conclusions c’est parce que je ne vois pas aucune chose differente dans vos articles qui me dit que vous regardez l’Inde differemment. Rien est visible qui est different. Pas une narrative qu’ on ne peut pas trouver dans les autres articles ecrits par d’ autres comme vous.

    Et pour vous corriger sur l’ histoire de l’ Inde un peu, le Jainisme est plus ancien que l’Islam en Inde. Et c’etait ne de l’ Hindouisme. Le Sikhisme aussi, il est ne de l’ hindouisme et il n’ y a rien a voir avec les musulmans. Donc, si vous voulez au lieu de dire Hindouisme, bien sur je peux dire Dharmique.Tous les trois et aussi le Buddhisme, ils sont partis des religions Dharmiques. l’Islam et le Christianisme ne sont pas des Dharmique religions. Mais c’est sont ces deux religions qui ont ecrit l’ histoire, le faux histoire de l’ Inde que vous consommez jusqu’a maintenant.

    Bonne chance a vous. Mais vous ne comprenez pas du tout l’Inde avec vos lens (que je percois) occidentaux.

    Peut etre que vous pouvez contacter Francois Gautier. Il comprend mieux ce qui est l’ Inde vrai mais comme il dit lui-meme, c’ est toujours une education pour lui. Et ca apres avoir vecu ici depuis des decennies.

    • Bonjour
      Même si je comprends une partie de vos critiques je ne peux pas m’empêcher de penser que vous faites la même chose avec moi que ce que vous me reprochez de faire avec l’Inde : vous avez commencé à lire mon blog avec un filtre et décidé d’emblée que j’étais une Occidentale néo-colonialiste et du coup vous ne voyez dans mes articles que ce que vous voulez y voir. D’ailleurs vous faites mine de me contredire sur des choses que je n’ai pas écrites (je sais bien sûr que le jaïnisme est bien plus ancien que l’islam, c’est une évidence !)
      Par ailleurs, vous me reprochez de citer la question des castes dans un « article général » mais d’une part ce n’est pas un article qui tente d’aborder l’Inde dans son ensemble (c’est impossible !) mais au contraire d’expliquer quatre points précis qui me semblent souvent mal compris, et d’autre part il me semble difficile de nier que la logique de caste a profondément façonné la société indienne, ce qui n’empêche pas de dire que cette logique s’atténue fortement ces dernières années, notamment en Inde.
      Vous semblez également agacée que je m’intéresse aux « scheduled tribes » et vous semblez me reprochez une approche misérabiliste de l’Inde. Mais je ne pense pas que mon approche le soit, car je m’intéresse à la grande richesse de la tradition orale, des contes et récits de ces populations. Et par ailleurs, si je m’intéresse aux questions d’inégalités sociales et d’inégalités hommes-femmes, c’est parce que c’est un sujet qui m’intéresse EN GENERAL. En France aussi, mes thèmes de prédilection sont ceux qui touchent à la pauvreté, aux inégalités sociales, à l’exclusion. Je ne me sens pas particulièrement compétente pour écrire sur les introductions à la Bourse de New Delhi…
      En tout cas, je garderai en tête certaines de vos remarques en compte (mais pas celles qui relèvent de l’idéologie de l’Hindutva !) pour écrire mes prochains articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s