Guwahati, porte d’entrée du « Far East » indien

Silhouette

Silhouette sur les rives du Brahmapoutre

Guwahati m’a séduite par surprise. Je ne m’attendais pas du tout à tomber sous le charme de la capitale de l’Assam, que je considérais juste comme un point d’entrée dans l’extrême nord-est de l’Inde, cette excroissance qui s’étend entre le Bhoutan, le Bangladesh et la Birmanie.

Dès le matin, la journée a bien commencé. Mon vol Calcutta-Guwahati a atterri à l’heure sous un grand ciel bleu et le commandant de bord a annoncé une agréable température extérieure de 29 degrés, à 11h du matin.

En gagnant le centre-ville en taxi, j’ai pu contempler les collines boisées qui entourent la ville. Elles n’empêchent pas Guwahati de réserver l’accueil habituel des grandes cités indiennes aux visiteurs, entre constructions en béton disgracieuses, circulation intense et bruits de klaxons.

J’ai passé le début de l’après-midi à visiter le musée régional, dont les collections de sculptures, de manuscrits anciens et de bronzes sont très belles mais dont la section réservée à l’ethnologie et aux modes de vie des « tribus » de la région s’avère décevante : des vitrines poussiéreuses et des cartons explicatifs installés si loin dans l’ombre qu’ils sont impossibles à déchiffrer ! En outre, elle ne traitait que des populations de l’Assam, pas de celles du Meghalaya voisin, alors que j’espérais trouver des objets appartenant aux Khasi, la communauté dans laquelle je vais séjourner cette semaine. Rien à voir avec le passionnant musée tribal de Bhubaneshwar, où j’aurais pu passer une journée entière.

La bonne surprise de la journée se trouvait plus loin, sur les rives du majestueux Brahmapoutre. Je ne sais pas pourquoi, je m’attendais à trouver un fleuve tumultueux, aux eaux boueuses. Je suis au contraire tombée en arrêt devant une belle étendue aux nuances bleu pâle, calme comme un lac. Le fleuve est très large et parsemé d’îles. Des canots étroits et de petites embarcations à voile y naviguent.

Une très agréable promenade ombragée est aménagée le long du fleuve. En ce dimanche, c’était le lieu de rendez-vous de nombreux jeunes couples, parfois enlacés, ce qui est suffisamment rare en Inde pour être souligné ! Les rives sablonneuses du fleuve étaient quant à elles le territoire des pêcheurs.

J’ai marché pendant une heure le long du fleuve et pris plus de 80 photos, ce qui donne une idée de la beauté des jeux de lumière sur l’eau ! Dès 16h30, la nuit s’annonçait et le ciel commençait à rosir.

Seul bémol, le fond sonore, composé des croassements des innombrables corneilles, qui apportaient une touche macabre à ce décor bucolique !

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

 

Publicités

2 réflexions sur “Guwahati, porte d’entrée du « Far East » indien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s