Des ponts vivants et des papillons géants !

Une rue de Mawlynnong

Une rue de Mawlynnong

Après quelques jours passés à visiter Shillong et Cherrajunjee, je voulais m’enfoncer plus avant dans les collines du Meghalaya et découvrir la vie d’un village khasi. Comme je n’ai pas trouvé d’ONG pouvant m’introduire dans un village, j’ai réservé un séjour « chez l’habitant » en passant par une agence de voyage indienne spécialisée dans le tourisme équitable.

A Shillong, je suis monté dans un Sumo, sorte de jeep servant de taxi collectif. Direction le village de Mawlynnong.

Malgré le panneau à l’avant du véhicule indiquant « Capacity 11 in all », nous avons tenu à 14 dans le Sumo, plus au moins deux personnes, sinon trois, accrochées à la portière arrière. Il y avait quatre personnes à l’avant, de telle sorte que le chauffeur était complètement excentré par rapport au volant. Cela ne l’a pas empêché de conduire pendant deux heures et demie sur les routes sinueuses à l’extrême qui menaient au village. Comme entre Shillong et Cherrapunjee, le paysage était époustouflant, avec ses profonds précipices et ses collines boisées à perte de vue.

En chemin, nous avons croisé de nombreux villageois transportant de grands paniers en bambou grâce à une courroie passée autour de leur front et d’autres portant des sacs en tissu de la même façon.

Femmes khasi près de Mawlynnong

Femmes khasi près de Mawlynnong

Nous sommes arrivés à la lueur de la pleine lune (à 17 heures à peine !) dans le village de Mawlynnong, au bout d’une route étroite zigzaguant entre de hautes plantations. Je savais depuis la veille que ce village avait été élu « village le plus propre d’Asie » mais je ne m’attendais pas à trouver un grand parking en son centre, des rues entièrement asphaltées et de nombreux panneaux indiquant « lunch and tea available here ». J’arrivais sans le savoir dans un haut lieu du tourisme au Meghalaya !

J’ai d’abord été déçue de découvrir qu’une foule de touristes indiens aisés investissait le village pendant la journée, leur nombre égalant presque celui des habitants khasi, mais je dois reconnaître que le village est très agréable et très mignon.

Les chemins qui passent entre les maisons, pour la plupart en bois et sur pilotis, sont bordés de buissons offrant une profusion de grandes fleurs jaunes, blanches et roses. Une multitude de papillons, parfois grands comme la main, vient y butiner. Des paniers en bambou sont disposés à intervalle régulier pour recevoir les déchets.

Le village compte deux églises, une église presbytérienne et une autre dépendant de l’Eglise d’Inde du Nord. Le soir, à 18h30, des cantiques résonnent dans tout le village. Des cabanes installées dans les arbres, auxquelles on accède par un ingénieux réseau de passerelles, offrent une vue panoramique sur le Bangladesh, situé à seulement une heure de marche du village. La frontière est même tellement proche que mon téléphone portable français s’est mis à indiquer l’heure du Bangladesh (une demi-heure plus tard que l’heure indienne) et que j’ai reçu un SMS me disant « Orange vous accompagne au Bangladesh » !

La principale attraction des environs est un pont « vivant » fait de racines d’hévéas tressées.La continuité entre l’arbre et le pont constitue un spectacle très impressionnant, au-dessus d’un ruisseau où les habitants lavent leur linge.

Le "pont vivant"

Le « pont vivant »

Sous le pont vivant...

Sous le pont vivant…

En déambulant dans le village, j’ai pu observer des villageois préparant des feuilles de bétel (à mâcher), ainsi qu’un étonnant système pour faire sécher le poisson dans un panier attaché en haut d’une perche en bambou. La culture de la noix de bétel représente, avec les plantations de fruits (ananas, jacquiers, orangers…) et une plante à partir de laquelle sont fabriqués les balais, la principale source de revenus.

Preparation des feuilles de betel

Preparation des feuilles de betel

J’ai pu accompagner dans les plantations des femmes qui allaient y ramasser du bois et y défricher des parcelles. Elles formaient un groupe joyeux qui chantonnait et plaisantait tout en se déplaçant avec leur faucille sur des terrains très en pente.

J’ai l’honneur d’être la première visiteuse d’une « guesthouse » qu’une famille khasie a fini de peindre la veille de mon arrivée. Cette famille, de confession presbytérienne, compte sept enfants, dont cinq fils. L’aîné a un nom khasi mais les suivants ont des noms chrétiens, comme Eliezer, Jeffreyet Elton. Tous portent le nom de famille de leur mère, tradition matrilinéaire oblige.

Au petit déjeuner, j’ai droit à une assiette fumante de nouilles instantanées « Maggie »(très populaires en Inde) extrêmement épicées ! Les autres repas ressemblent à l’ordinaire de la plupart des Indiens –riz, dhal, pommes de terre – avec des œufs et du poulet en bonus, ainsi que d’excellents fruits. Bien que je ne partage pas autant le quotidien de la famille que je l’aurais souhaité et prenne mes repas toute seule, je suis très bien reçue.

Une partie de la famille qui m'accueille à Mawlynnong

Une partie de la famille qui m’accueille à Mawlynnong

Publicités

2 réflexions sur “Des ponts vivants et des papillons géants !

  1. un village propre avec des papillons? Mais c’est génial!!
    Comment le poisson sèche dans son panier? Il est envoi sous de l’écorce de bétel qui joue le rôle de saumure? ça a quel goût le bétel d’ailleurs?

    • J’ai ajouté une photo des poissons dans leur panier. Je n’ai pas très bien compris, j’ai l’impression qu’ils sont seulement disposés pendant plusieurs heures en plein soleil, au bout de la perche en bambou. Je ne fais pas bien la différence entre le goût de la noix de bétel et celui des autres ingrédients qui rentrent dans la fabrication de la feuille de bétel à mâcher. Il y a des feuilles de bétel garnies de tabac, qu’on recrache, et celles que je prends moi, parfois, qui contiennent du sucre, des clous de girofle, de la cardamone et d’autres ingrédients rafraichissants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s